Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Pas perdus.........Ô Proche Orient

"Les grands voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On ouvre les atlas, on rêve sur les cartes. On répète les noms magnifiques des villes inconnues..." (Joseph Kessel)

Vos papiers s'il vous plait !!!

Publié le 12 Mars 2011 par julisontheroad.over-blog.com in Israël - Palestine

Après une nuit sous le ciel étoilé du Wadi Rum, passée à écouter les chants et musiques traditionnelles bédouines, dans une ambiance festive autour du feu il m'est difficile de penser à ma prochaine étape.

Prochaine escale Yitzhak Rabin, porte d'entrée d'Israël.

7 heure du matin, le soleil pénètre déjà sous la tente, il est temps d'ouvrir les yeux bien qu'il y est longtemps que je n'avais pas aussi bien dormi depuis mon départ de France.

Je me sens tellement bien dans le désert que je n'ai pas très envie de quitter ce petit havre de paix malgré le balai des touristes, tout de suite mais d'autres aventures m'attendent un peu plus loin.

De retour au tout petit village de Wadi Rum dans la maison de Mohammed avec qui nous sommes partis dans le désert pour un dernier thé au thym et un petit contre rendu de notre mini aventure. 


 

Carlos part pour deux jours de détente sur les plages de la mer rouge d'Aqaba tandis que je suis sensée remonter sur Amman pour traverser le pont Allenby et me rendre sur Jérusalem un jour plus tard. Décision de dernière minute, nous sommes à quarante minutes de la frontière israélienne, alors que si je décide de remonter sur Amman il faudra compter au moins cinq heures en passant par Wadi Musa (Petra). D’où il faudra attendre un peu plus ou moins incertain......quelques concertations plus tard c'est décidé je traverserai la frontière aujourd’hui via Aqaba. Il paraît qu'il est plus simple de passer par ici plutôt qu'au pont Allenby, dixit un couple de canadien, alors avec les tampons présents sur mon passeport je me dit qu'il est peut-être préférable de choisir cette option car je ne suis pas très emballée à l'idée d'un possible blocage pouvant durer des heures à la frontière. J'ai entendu bon nombre de récits racontant des interrogatoires poussés, et des attentes prolongées sous un soleil de plomb !

 

Mohamed appel un taxi, destination Aqaba pour Carlos et frontière Yitzhak Rabin pour moi.


 

Le premier stop sera le poste frontière jordanien où il est temps de dire au revoir a Carlos. " Will miss you man..."

Tout le long de la route entre Wadi Rum et Aqaba, je songe au passage de la frontière, aux questions possibles, aux tampons libanais et syriens sur mon passeport.....Je plonge pour la dernière fois les yeux dans le paysage aride de Jordanie.

Le taximan nous indique que l'on arrive et qu'il n'ira pas plus loin. Il faut se rendre a la frontière à pieds, là je maudit mon sac car il doit faire au moins 35 degrés, un vent chaud souffle assez fort et transporte dans son sillage une effluve marine qui me donnerai presque envie d'un bain de mer.

Derniers au revoir a notre comparse et hop c'est parti.

Premier poste frontière jordanien : un douanier à l'air blasé installé dans sa cahute, jette un rapide coup d'oeil au passeport....puis d'une voix ensommeillée  explique :
 

 << go to the desk 4 for departure tax then go to the desk 7 for departure >>.

<< Goog bye ! Have a nice trip. >>....
 


 

Jusque là tout va bien. Une fois le dernier poste jordanien passé il faut traverser environ un kilomètre de No Man`s Land avant d'arriver au premier check point israélien.

De loin je distingue un soldat, lunettes de soleil sur le nez, mitraillette au bras......le drapeau israélien flotte au vent. Le vent chaud souffle férocement derrière nous comme pour nous pousser vers l'avant, pourtant à ce moment là je souhaiterai que le temps s'arrête un instant histoire de mettre de l'ordre dans mes pensées qui se bouscule. C'est la tête emplie d'un vacarme au rythme des pensées qui m'assaillent à l'instant où j'aperçois le fusil aussi long que sa jambe solidement tenu par le soldat qu'y s'avance en travers de l'entrée au poste frontière. Il fait signe de se mettre sur le côté et d'attendre ici, lorsqu’un militaire sort de sa cahute et s'avance en parlant dans son talkie-walkie ; probablement pour annoncer notre arrivée à ces collègues.

<<PASSEPORT>> dit-elle d'un ton sec et impératif.

Elle feuillette le passeport et appelle du renfort. Elle ordonne de laisser les sacs sur le côté,  installe deux chaises hautes qu'elle place a l'ombre et ordonne d'y prendre place. Là je me dis qu'on est pas encore de l'autre côté.

<< Your name? >>

<< Julie M...>>

<< Where are you going? How long will you stay in Israel?.... >>...Assaillie de questions en quelques minutes qui parfois ne devraient être posées, je m'efforce de répondre en sourient alors qu'au fond de moi je me dis que je n'ai aucune envie de rester là, j'éprouve un étrange malaise probablement dût à la présence des cinq douaniers dont certains sont bien armés.

...etc...<< Your name again >> On sait jamais si j'avais changé entre temps.

<< Vos baguages sont restés avec vous tout le long du voyage ? >> << Oui>>

<< Quelqu’un vous a t il donné quelque chose à faire passer en Israël ? >> << Non>>

On attend son collègue qui arrive accompagné de deux autres personnes. Ils se concertent avant de demander : << Where are you going in Israël ? Wich bus ? wich number ? >> ...etc.......

Ils reviennent, l'un d'entre eux me demande d'enlever mes lunettes de soleil, réexamine mon passeport. Il passe en revue les sacs et certaines affaires sont passées au crible...

RAS ! Escortée jusqu'à la prochaine étape.


Le visa : avant d'obtenir le visa, il faut répondre encore à quelques questions qui peuvent parfois porter sur des choses très personnelles...

Il faut savoir qu'Israël n'a pas le droit de copier le matériel numérique et informatique que vous transportez. Ils n'ont pas à demander l'adresse Mail de la famille.........bien entendu il à été officiellement reconnu qu'ils n'avaient pas le droit de fouiller la vie privée des voyageurs, ainsi que le montant de votre pécule alloué à votre séjour en Israël.... 

Si l'on refuse d'en passer par là, il n'y aura pas de délivrance de visa et très certainement quelques complications.


<< Pourquoi êtes-vous allez en Syrie et au Liban ? >>

<< Que venez-vous faire en Israël ?>>

<< Avez-vous des contacts ? >> << Où allez-vous rester ? >>

<< Combien de temps comptez-vous rester ?>> << Ou comptez-vous aller en Israël ?>>

<< Envisagez-vous de vous rendre en Palestine ?>> << Absolument pas.>>

Là, elle disparaît dans les bureaux sans rien dire.

Plus tard une autre prend sa place et demande à nouveau si l'on va à Jérusalem...

<< Combien d`argent vous avez ? >> je lui répond ce qui me semble être approprié pour Israël. (ils ne vérifient pas, encore heureux) 

Elle disparaît à son tour. Cinq minutes plus tard une autre revient et avant que je puisse dire quoi que se soit elle tamponne mon passeport et dit d'un air faussement désolé "Oh Sorry it's too late" Trop tard pour y échapper mais je suis de l'autre côté....malgré les visas syriens et libanais. 

 Je m'attendais à bien pire, bien que ce ne fût pas agréable et bien assez long à mon goût ; peut-être est-ce le fait que ce soit Shabbat et que la frontière fermait ces portes à 14 h. L'essentiel est que je suis passée sans trop de difficultés et que les portes de la Palestine me sont désormais ouvertes. 

Commenter cet article