Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Pas perdus.........Ô Proche Orient

"Les grands voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On ouvre les atlas, on rêve sur les cartes. On répète les noms magnifiques des villes inconnues..." (Joseph Kessel)

Une journée au Sinaï

Publié le 30 Décembre 2012 par julisontheroad.over-blog.com in Egypte

Normalement, l'excursion s'effectue de nuit pour voir le lever du soleil au sommet du Mont Moïse. Comme il fait froid, les excursions se fond de jour. Nous aurons donc droit au coucher du soleil, non moins spectaculaire.

8h du matin, à peine une dizaine de degrés, le ciel bleu et le soleil sont au rendez-vous. Avant de partir il nous faut remplir le registre pour les passages de check-point de la route sous protectorat de Ste Catherine (numéro de passeport, nationalité, noms, prénoms).

Perché à 1400m d'altitude, le monastère trône au milieu des montagnes roses sous un ciel azure. Dommage que la quiétude des lieux soit troublée par la présence de tant de touristes, affluant du monde entier, pèlerins ou simple curieux. C'est en file indienne qu'il faut entrer dans l'enceinte, il y a tellement de monde qu'il est impossible de se déplacer librement, on est obligé de suivre les mouvements de la foule. Du coup la visite n'est pas du tout agréable et les sœurs peu accueillantes. Il est absolument interdit de prendre des photos sous peine d'avoir des démêlés avec la police touristique qui veille au grain. Un photographe reporter qui fait parti de notre groupe d'excursionnistes, à pris des photos de l'intérieur de l'église. Repéré par une sœur en pèlerinage, il s'est fait interpelé par deux policiers qui l'ont conduit au poste à l'entrée du monastère. Le jeune bédouin qui nous sert de guide, nous demande de commencer l'ascension sans lui car le soleil se couche tôt et qu'il faut compter au moins 5h de balade pour l'aller-retour. Solidaires, tout le groupe décide de se rendre au poste de police afin de voir de quoi il retourne. Après avoir écrit une lettre d'excuse à la femme et effacé les photos, il est finalement libre de partir. Tous les guides présent sur le site sont au courant et le regarde passer avec circonspection. Il ne vendra pas ces photos qui paraît-il se vendent à prix d'or lorsque ce sont des photos interdites.

 

Nous nous mettons enfin en marche pour l'ascension du Mont Moïse. Je suis ravie de quitter effervescence du monastère pour le silence des montagnes. Certains choisissent de faire le chemin en dromadaire. Quelques traces subsistent de la vague de froid qui a sévit il y a quelques jours, un peu de neige, un peu de glace, hier encore la montagne était blanche. Mohammed, notre guide, s'arrête à tous les coffee-shop pour dire bonjour à ces amis et s'accorder une petite pause.

Deux heures et demi et quelques 400 marches plus tard, le sommet et sa vu imprenable. Le soleil entame déjà sa descente, il commence à faire froid mais le point de vu est si beau qu'on en oublie tout le reste. Un bédouin la peau matte, de grands yeux noir cernés de khôl, enturbanné, propose du thé ou du café aux marcheurs de passage. Le soleil commence déjà à faire son lit, il est temps de commencer à redescendre avant la nuit car le chemin de retour va vite devenir glissant. L'eau laissé par la neige se transforme rapidement en verglas. Sous un ciel rose-orangé, les parois rocheuses se couvre d'or. Pas un bruit, mise à part les bribes de conversations lointaines et les quelque bédouins qui proposent de redescendre en dromadaire. Mohammed m'explique qu'il fait guide pendant 10 jours, puis c'est l'un de ces amis qui tient l'un des coffee-shop de montagne qui prend le relais, et ainsi de suite. Après toutes ces villes sur-peuplées, sur-polluées ; c'est vraiment agréable de se retrouver loin de la cohue urbaine.

 

Commenter cet article